Tag Archives: polar

Terres d’écrivains à l’encre noire

15 Mai

carnet-routeFrançois Busnel, animateur de la Grande librairie sur France 5, redécouvre dans ses « carnets de route« , la terre des rois et reine du crime : la Grande-Bretagne. Sur des terres mystérieuse, qui ont données naissance à quelques-uns des plus grands maîtres du suspense, cette émission consacrée aux maitres du crime parcours l’écosse et l’Angleterre. Des rencontre d’écrivains, qui ont fait du polar, du thriller ou du roman d’espionnage leur domaine d’excellence.

Sur l’île de Lewis, Peter May, auteur d’une trilogie mémorable, l’entraîne dans les lieux où se déroulent ses romans : un vieux port ou encore une plage déserte. A Edimbourg, l’inventeur du personnage de John Rebus, Ian Rankin, livre quelques-uns de ses secrets. François Busnel retrouve Jasper Fforde à Hay-on-Wye, au pays de Galles puis parle littérature autour d’une tasse de thé avec la doyenne du roman criminel britannique, PD James, 93 ans, à Oxford. Le voyage s’achève auprès de Minette Walters, digne héritière de PD James, et John le Carré, roi de l’espionnage, à Penzance.

Des interview toujours instructifs

a Grande-Bretagne, terre mystérieuse, a donné naissance à quelques-uns des plus grands maîtres du suspense. François Busnel part à la rencontre de ces écrivains, qui ont fait du polar, du thriller ou du roman d’espionnage leur domaine d’excellence. Sur l’île de Lewis, Peter May, auteur d’une trilogie mémorable, l’entraîne dans les lieux où se déroulent ses romans : un vieux port ou encore une plage déserte. A Edimbourg, l’inventeur du personnage de John Rebus, Ian Rankin, livre quelques-uns de ses secrets. François Busnel retrouve Jasper Fforde à Hay-on-Wye, au pays de Galles puis parle littérature autour d’une tasse de thé avec la doyenne du roman criminel britannique, PD James, 93 ans, à Oxford. Le voyage s’achève auprès de Minette Walters, digne héritière de PD James, et John le Carré, roi de l’espionnage, à Penzance.
En savoir plus sur http://television.telerama.fr/tele/magazine/les-carnets-de-route-de-francois-busnel,7324200,emission68220353.php#DhjmVDtRc0tI6ver.99
Publicités

Le métier d’écrivain de polar

6 Juin

Harlan Coben, auteur de polar américain évoque le métier d’écrivain lors d’une conférence au salon Quais du polar 2013.

Retour sur…le Poulpe

5 Nov

« Le Poulpe », une collection de romans policiers publiée aux éditions Baleine, à partir de 1995 .  Jean-Bernard Pouy, a écrit le premier roman et fut aussi le directeur de collection à l’origine du projet. Cette colelction compte aujourd’hui 195 livres. Chaque épisodes est écrit par un auteur différent mais l’on suit dans chaque opus les aventures d’un même personnage, Gabriel Lecouvreur, un détective surnommé « Le Poulpe » à cause de ses longs bras . Roman populaire, ancré dans son époque, avec des enquêtes brisant tabous et actualités, le Poulpe a su  réintroduit l’enquêteur français, sa gouaille et son fichu caractère dans son époque, à l’image de Nestor Burma en son temps.

Le site des éditions Baleines consacré aux aventures du Poulpe

19 règles pour le roman policier

2 Juil

Voici 20 règles pour écrire un bon roman policier, selon  S.S. Van Dine en 1928.

Nota : quelques règles sont marquées par le temps, vous devriez les reconnaitre

ecrire un roman policier1.      Le lecteur et le détective doivent avoir des chances égales de résoudre le problème. Tous les indices doivent être pleinement énoncés et décrits en détail.

2.      L’auteur n’a pas le droit d’employer vis-à-vis du lecteur des  » trucs  » et des ruses, autres que ceux que le coupable emploie lui-même vis-à-vis détective.

3.      Le véritable roman policier doit être exempt de toute intrigue amoureuse (l’article a été écrit en 1928 !). Y introduire de l’amour serait, en effet, déranger le mécanisme du problème purement intellectuel.

4.      Le coupable ne doit jamais être découvert sous les traits du détective lui-même ni d’un membre quelconque de la police.

5.      Le coupable doit être déterminé par une suite de déductions logiques et non pas par hasard, par accident, ou par confession spontanée.

6.      Dans tout roman policier il faut, par définition, un policier. Or, ce policier doit faire son travail et il doit le faire bien. Sa tache consiste à réunir les indices qui nous mèneront à l’individu qui a fait le mauvais coup dans le premier chapitre. Si le détective n’arrive pas la une conclusion satisfaisante par l’analyse des indices qu’il a réunis, il n’a pas résolu la question.

7.      Un roman policier sans cadavre. cela n’existe pas (… )

8.      Le problème policier doit être résolu à l’aide de moyens strictement réalistes. Apprendre la vérité par le spiritisme, la clairvoyance ou les boules de cristal est strictement interdit. Un lecteur peut rivaliser avec un détective qui recourt aux méthodes rationnelles. S’il doit rivaliser avec les esprits et la métaphysique, il a perdu d’avance.

9.      Il ne doit y avoir, dans un roman policier digne de ce nom, qu’un véritable détective. Réunir les talents de trois ou quatre policiers pour la chasse au bandit serait non seulement disperser l’intérêt et troubler la clarté du raisonnement, mais encore prendre un avantage déloyal sur le lecteur.

10.   Le coupable doit toujours être une personne qui ait joué un rôle plus ou moins important dans l’histoire, c’est-à-dire quelqu’un que le lecteur connaisse et qui l’intéresse. Charger du crime, au dernier chapitre, un personnage qu’il vient d’introduire ou qui a joué dans l’intrigue un rôle tout a fait insignifiant, serait, de la part de l’auteur, avouer son incapacité de se mesurer avec le lecteur.

11.   L’auteur ne doit jamais choisir le criminel parmi le personnel domestique tel que valets, laquais, croupiers cuisiniers ou autres. Ce serait une solution trop facile. (… ) Le coupable doit être quelqu’un qui en vaille la peine.

12.   Il ne doit y avoir, dans un roman policier, qu’un seul coupable, sans égard au nombre d’assassinats commis. (…) Toute l’indignation du lecteur doit pouvoir se concentrer sur une seule âme noire.

13.  Les sociétés secrètes, les, mafia, les camarillas, n’ont pas de place dans le roman policier. L’auteur qui y touche tombe dans le domaine du roman d’aventures ou du roman d’espionnage.

14.   La manière dont est commis le crime et les moyens qui doivent mener à la découverte du coupable doivent être rationnels et scientifiques. La pseudoscience, avec ses appareils purement imaginaires, n’a pas de place dans le vrai roman policier.

15.  Le fin mot de l’énigme doit être apparent tout au long du roman, à condition, bien sûr, que le lecteur soit assez perspicace pour le saisir. Je veux dire par là que, si le lecteur relisait le livre une fois le mystère dévoilé, il verrait que, dans un sens, la solution sautait aux yeux dès le début, que tous les indices permettaient de conclure à l’identité du coupable et que, s’il avait été aussi fin que le détective lui-même, il aurait pu percer le secret sans lire jusqu’au dernier chapitre. Il va sans dire que cela arrive effectivement très souvent et je vais jusqu’à affirmer qu’il est impossible de garder secrète jusqu’au bout et devant tous les lecteurs la solution d’un roman policier bien et loyalement construit. Il y aura toujours un certain nombre de lecteurs qui se montreront tout aussi sagaces que l’écrivain (… ). C’est là, précisément, que réside la valeur du jeu (…).

16.  Il ne doit pas y avoir, dans le roman policier, de longs passages descriptifs pas plus que d’analyses subtiles ou de préoccupations atmosphérique. Cela ne ferait qu’encombrer lorsqu’il s’agit d’exposer clairement un crime et de chercher le coupable. De tels passages retardent l’action et dispersent l’attention, détournant le lecteur du but principal qui consiste à poser un problème, à l’analyser et à lui trouver une solution satisfaisante. (… ) Je pense que lorsque l’auteur est parvenu à donner l’impression du réel et à capter l’intérêt et la sympathie du lecteur aussi bien pour les personnages que pour le problème. il a fait suffisamment de concessions à la technique purement littéraire.

17.   L’écrivain doit s’abstenir de choisir son coupable parmi les professionnels du crime. Les méfaits des bandits relèvent du domaine de la police et non pas de celui des auteurs et des détectives amateurs. De tels forfaits composent la grisaille routinière des commissariats, tandis qu’un crime commis par une vieille femme connue pour sa grande charité est réellement fascinant.

18.  Ce qui a été présenté comme un crime ne peut pas, à la fin du roman, se révéler comme un accident ou un suicide. Imaginer une enquête longue et compliquée pour la terminer par une semblable déconvenue serait jouer au lecteur un tour impardonnable.

19.  Le motif du crime doit toujours être strictement personnel, (… ) Le roman policier doit refléter les expériences et les préoccupations quotidiennes du lecteur, tout en offrant un certain exutoire à ses aspirations ou à ses émotions refoulées.

( publié en  1928 dans L’American magazine – sources)

Un Master d’écriture de romans policiers à Londres

21 Fév

Agatha Christie, Maxime Chattam, et Doa n’ont qu’à bien se tenir car la relève est désormais sur les bancs de l’école. A la demande de ses étudiants, la City University de Londres vient en effet de lancer le premier Master d’écriture de romans policiers!

Agatha Christie et Ian Rankins au programme

ecrire un livre romanCe Master dispensera ainsi des cours sur le roman policier, ses techniques d’écriture propres et sur les différents modèles du genre : des procédures policières aux thrillers psychologiques. Comme sources d’inspiration, les œuvres d’Agatha Christie et d’Ian Rankins, seront notamment au programme.

La City University propose déjà un Master d’écriture romanesque dans son programme d’écriture créative, qui compte 12 à 14 étudiants par an. Autant de places sont ouvertes pour ce nouveau master, destiné aux fans de Sir Conan Doyle. Côté enseignants, de gros transferts anglais ont déjà eu lieu. Martyn Waites et Barry Forshaw ont notamment donné leur accord pour intervenir, et d’autres grands noms du genre sont actuellement approchés.

Un marché de 105 millions d’euros en 2011

« Elémentaire » dirait Sherlock, mais il n’y a pas d’offre sans demande… Si celle des étudiants semble être la raison de la création de ce master, rappelons également que le polar arrive en deuxième position des livres les mieux vendus en Grande-Bretagne. Le marché du roman policier pèse à lui seul près de 105 millions d’euros ! Un chiffre qui a de quoi inspirer et susciter des vocations…

Source : Angel Herrero Lucas > e-orientations.com